Les parasites une cause de votre mal de ventre et troubles digestifs

Les parasites une cause de votre mal de ventre et troubles digestifs

troubles digestifs / mal au ventre

Webinaire Gratuit sur les Maladies auto-immunes: de la cause à la solution!

Réglez vos symptômes à la racine et retrouvez enfin votre liberté! Inscrivez-vous pour recevoir notre Webinaire.

Les parasites peuvent déclencher un large éventail de problèmes de santé. Dans certains cas, ils peuvent être les véritables coupables de problèmes chroniques comme le syndrome du côlon irritable et certaines maladies auto-immunes. Dans ce texte, vous apprendrez ce que sont les parasites, les différents types, les symptômes courants associés à la présence de parasites, les tests de dépistage et les façons de vous en débarrasser naturellement.

Saviez-vous qu’il y a une grande majorité de personne qui présente un mal de ventre ou des troubles digestifs lors d’une maladie auto-immunes  qui en fait découle d’une infection de parasites. 

Parasites : Types, symptômes, tests et traitement

Que savez-vous des parasites?

Monsieur et madame Tout-le-monde ne savent pas grand-chose sur ces créatures, mais si vous souffrez d’une maladie chronique ou auto-immune, vous devez vous être informé sur ces agents pathogènes.

Les parasites peuvent déclencher un large éventail de problèmes de santé; d’un simple mal au ventre jusqu’au véritable troubles digestifs. Dans certains cas, ils peuvent être les véritables coupables de problèmes chroniques comme le syndrome du côlon irritable et certaines maladies auto-immunes.

Dans ce texte, vous apprendrez ce que sont les parasites, les différents types, les symptômes courants associés à la présence de parasites, les tests de dépistage et les façons de vous en débarrasser naturellement.

Qu’est-ce qu’un parasite?

Les parasites sont des agents pathogènes qui vivent sur ou dans d’autres organismes. Ils vivent généralement au détriment de leur hôte et peuvent causer des dommages. Ils dépendent de leur hôte pour se nourrir.

Ces créatures peuvent avoir des tailles différentes. Certaines sont microscopiques, comme Toxoplasma gondii et Giardia. D’autres parasites sont facilement visibles à l’œil nu. Par exemple, un ténia adulte peut atteindre une longueur de plus de 15 mètres.

Certains parasites microscopiques vivent à l’intérieur de vos cellules, comme les globules rouges ou les cellules adipeuses. Les plus gros, comme les vers parasites, sont plus susceptibles de vivre dans les espaces entre vos cellules. Les parasites peuvent envahir vos muscles, votre lymphe, votre cerveau, votre intestin, vos poumons, votre foie et d’autres organes et tissus.

De plus, les parasites peuvent obstruer certaines parties de vos organes et perturber leur fonctionnement. Par exemple, certains vers peuvent bloquer les valves entre vos intestins ou obstruer vos voies biliaires. Il n’est donc pas étonnant qu’ils perturbent souvent votre système digestif, comme vous le verrez dans la section suivante.

troubles digestifs / mal au ventre

 

Je vous épargne les images avec des vrais parasites mais les plus coriaces pourront faire une recherche Google….

Fréquence

Les parasites sont beaucoup plus fréquents dans les pays développés que la plupart des gens ne le pensent. Par exemple, on estime que plus de 12 % des Américains sont porteurs de Toxoplasma gondii. C’est un parasite microscopique que vous pourriez attraper de votre chat.

Leur mode de fonctionnement

Les parasites utilisent diverses tactiques pour échapper à votre système immunitaire et le manipuler. Par exemple, les parasites unicellulaires peuvent modifier les protéines à leur surface de sorte que vos cellules immunitaires ne les reconnaissent pas. Certains parasites modifient leur forme, notamment en se transformant en kyste protecteur, pour échapper à votre système immunitaire. C’est pour cela que de plus en plus les experts en santé fonctionnelle qualifient la Borrelia Burgdofori responsable de la maladie de Lyme, plus comme un parasite que comme une bactérie comme elle est classée aujourd’hui.

Vous devez être plus intelligent que les parasites si vous voulez les chasser et retrouver votre santé. Pour prendre le dessus, il faut d’abord connaître les symptômes des infections parasitaires.

Quels sont les symptômes causés par un parasite?

Les symptômes des infections parasitaires varient en fonction de critères spécifiques. Cependant, de nombreux symptômes sont vagues et peuvent se manifester pour plusieurs raisons. Ainsi, ils peuvent être attribués à tort à d’autres maladies.

Par exemple, de nombreux parasites infectent votre intestin, ce qui entraîne toute une série de symptômes digestifs. Mais vous pouvez être diagnostiqué à tort comme ayant un syndrome du côlon irritable ou une maladie inflammatoire de l’intestin. En réalité, les parasites pourraient être à l’origine de vos troubles intestinaux.

Donc, gardez l’esprit ouvert quant à vos symptômes. Pensez à la possibilité qu’ils soient causés par des parasites, diagnostic que les médecins conventionnels auraient négligé. Certains des signes et symptômes liés aux infections parasitaires sont :

  • Maladie auto-immune.
  • Thyroïdite de Hashimoto.
  • Allergies et intolérances alimentaires.
  • Anxiété.
  • Arthrite.
  • Douleurs musculaires et articulaires.
  • Énurésie (pipi au lit).
  • Inflammation de la vessie.
  • Ballonnements.
  • Constipation.
  • Diarrhée.
  • Flatulence.
  • Douleur ou gêne abdominale.
  • Inflammation des yeux.
  • Fièvre.
  • Augmentation de l’appétit.
  •  Dyspnée.
  • Symptômes de type grippal.
  • Vésicule biliaire et maladies des voies biliaires.
  • Maux de tête.
  • Insomnie.
  • Fatigue chronique.
  • Démangeaisons autour de l’anus ou du vagin.
  • maladies inflammatoires de l’intestin.
  • Hypoglycémie (taux de sucre dans le sang).
  • Nausées.
  • Vomissements.
  • Carences nutritionnelles.
  • Éruptions et lésions cutanées (ex. : eczéma, urticaire, démangeaisons).
  • Immunité faible.
  • Perte de poids.
  • Anémie ferriprive (taux de fer anormalement bas).
  • Grincement des dents pendant le sommeil.
  • Infections à levures récurrentes.

Les parasites ont tendance à être plus actifs la nuit. Cela peut provoquer une augmentation de certains symptômes lorsque vous essayez de dormir. Néanmoins, les symptômes peuvent se manifester à tout moment de la journée, et certains sont permanents.

De plus, sachez que les symptômes des infections parasitaires ne sont pas nécessairement immédiats. Certaines nouvelles infections peuvent provoquer des troubles digestifs en l’espace d’une journée. D’autres peuvent ne pas produire de symptômes visibles pendant des périodes plus longues, comme quelques semaines. Certaines infections parasitaires durent des années.

En outre, il faut garder à l’esprit que les parasites sont comme un cheval de Troie. Ils peuvent héberger d’autres agents pathogènes, comme la bactérie de Lyme, des virus et des spores de moisissure. Ceux-ci peuvent également contribuer à vos symptômes. Il peut donc être difficile de s’attaquer à la racine du problème.

Quels sont les différents types de parasites?

Les parasites qui infectent les gens appartiennent à l’une des trois grandes catégories suivantes :

  • les protozoaires,
  • les helminthes,
  • les ectoparasites.

Il est utile de connaître chaque type de parasite lorsque vous vous lancez dans un nettoyage de parasites. De cette façon, vous savez ce que vous pourriez voir sortir de vos selles. Vous pouvez voir certains parasites à l’œil nu, mais beaucoup d’autres sont microscopiques.

Il est également bon de connaître les noms scientifiques des parasites les plus courants. C’est utile si vous effectuez des tests ou si vous voulez en apprendre davantage sur les symptômes causés par certaines créatures.

Vous trouverez de nombreux exemples ci-dessous.

En regardant les noms des parasites, vous verrez des mots comme Giardia lamblia. Le genre (Giardia) est le premier mot du nom du parasite. Le deuxième mot (lamblia) est l’espèce.

Parfois, les gens font référence aux parasites par une partie seulement de leur nom scientifique. Et parfois, le genre est abrégé avec la première initiale, comme T. gondii. C’est la même chose que Toxoplasma gondii.

Parasites protozoaires

Il faudrait un microscope pour voir ces parasites unicellulaires, mais n’écartez pas les parasites protozoaires en raison de leur petite taille. Ils peuvent faire des ravages dans votre corps et créer de graves problèmes de santé. Ils ont la capacité de se multiplier dans votre corps et peuvent contribuer à des problèmes de santé aigus, tels que des diarrhées extrêmes. Si l’infection n’est pas traitée, elle peut entraîner une grave déshydratation, voire la mort.

Voici des exemples de parasites protozoaires responsables d’infections et certains symptômes qui leur sont associés.

Babesia microti : c’est une co-infection de Lyme qui peut provoquer des symptômes grippaux et de l’anémie.

Blastocystis hominis : c’est l’une des causes d’un intestin poreux (leaky gut). Ce parasite peut causer des sensibilités alimentaires.

Cyclospora cayetanensis : peut entraîner des selles explosives et des diarrhées.

Cryptosporidium parvum : provoque une diarrhée aqueuse et d’autres troubles digestifs.

Dientamoeba fragilis : provoque des diarrhées, des douleurs abdominales et une perte d’appétit.

Entamoeba histolytica : déclenche des douleurs d’estomac et des selles molles, parfois sanglantes.

Giardia lamblia : provoque des diarrhées, des selles graisseuses qui flottent et des maux d’estomac.

Leishmania tropica : provoque des lésions cutanées qui peuvent se présenter sous forme de bosses.

Plasmodium falciparum : cause le paludisme, caractérisé par des symptômes de type grippal.

Toxoplasma gondii : provoque de légers symptômes grippaux et une hypertrophie des ganglions lymphatiques.

Trichomonas vaginalis : déclenche des brûlures et des démangeaisons des organes reproducteurs.

Trypanosoma cruzi : peut entraîner une hypertrophie de la rate et du foie ainsi que des anomalies du rythme cardiaque.

Des parasites spécifiques ont tendance à infecter certains types de cellules. Par exemple, le Plasmodium infecte vos globules rouges, tandis que le Blastocystis infecte vos cellules intestinales. Quant au Toxoplasma, il infecte un large éventail de cellules différentes. Vos symptômes peuvent varier en fonction des cellules que les parasites infectent.

Les Helminthes

Helminthe est le terme général pour désigner les vers parasites. Contrairement aux parasites protozoaires, vous pouvez voir de nombreux helminthes à l’œil nu. Les helminthes les plus courants sont le ténia, l’ascaris, le ver plat, l’ankylostome et le trichocéphale. Certains vers Ascaris lumbricoides mesurent jusqu’à 35 centimètres de long et peuvent pondent près d’un million d’œufs par jour.

Tout comme les protozoaires, les différents helminthes gravitent vers des zones spécifiques de votre corps. C’est pourquoi ils affectent le fonctionnement de certains organes et systèmes. Ils vivent à l’intérieur du tractus gastro-intestinal et bien qu’ils n’entraînent généralement pas de problèmes de santé aigus, ils peuvent contribuer à des problèmes de santé chroniques à long terme, parfois graves, en raison de la façon dont ils épuisent les ressources de l’organisme. Les oxyures, les trichures et les ankylostomes sont tous des types d’Ascaris qui peuvent causer des problèmes digestifs, des sautes d’humeur, des douleurs abdominales, des brouillards cérébraux et une perte de poids.

Ils se nourrissent de la nourriture que vous mangez et peuvent provoquer des sensations de faim constante. Ils sont généralement contractés en mangeant de la viande contaminée insuffisamment cuite.

Les deux principaux groupes d’helminthes qui infectent les gens sont les vers ronds et les vers plats.

Vers ronds : ces vers parasites sont également connus sous le nom de nématodes. Ils peuvent infecter diverses zones de votre corps, notamment la peau, les poumons, le foie, les intestins et les tissus, comme les muscles.

Certains sous-types dans la catégorie des Ascaris sont les ankylostomes et les oxyures. Les ankylostomes tirent leur nom de la courbe en forme de crochet de leur tête et peuvent se frayer un chemin hors de la muqueuse intestinale pour se nourrir de votre sang, ce qui entraîne l’anémie.

Les oxyures sont ainsi nommés en raison de la queue en forme d’épingle des femelles. Ils ont la taille d’une agrafe et sont blancs. Vous risquez donc de les manquer si vous ne regardez pas de près.

Voici quelques exemples de nématodes courants et de certains de leurs effets.

  • Ancylostoma duodenale : ankylostome qui infecte votre intestin et provoque l’anémie.
  • Ascaris lumbricoides : ver rond intestinal commun qui provoque une gêne abdominale.
  • Enterobius vermicularis : ver à tête d’épingle qui infecte le côlon et provoque des démangeaisons de l’anus.
  • Necator americanus : ankylostome qui infecte l’intestin et provoque l’anémie.
  • Strongyloides stercoralis : infecte votre intestin, et chaque nouveau lot de larves peut vous réinfecter.
  • Trichinella spiralis : peut provoquer des maux d’estomac et infecter vos muscles, causant des douleurs.
  • Trichuris trichiura : appelé aussi trichocéphale, il provoque une diarrhée douloureuse et sanglante.

Vers plats : Dans la catégorie des vers plats, deux sous-types courants sont les douves et les ténias. Comme leur nom l’indique, ils ont tous deux un corps aplati. Mais leurs formes sont assez différentes l’une de l’autre. Les douves ont une forme de feuille. Ces créatures peuvent envahir votre sang, vos intestins, vos poumons et votre foie. Les nageoires qui infectent votre foie peuvent endommager vos voies biliaires.

Les vers solitaires ont des corps en forme de ruban qui sont segmentés. Ils infectent le plus souvent l’intestin grêle et peuvent provoquer des nausées et une perte de poids. Ils peuvent également migrer vers votre vésicule biliaire et bloquer le canal cholédoque.

Voici des exemples de douve et de ténia.

 

Cycle de la douve du foie.

Schistosoma mansoni : douve de sang qui se cache dans vos intestins et vous vole vos nutriments.

Clonorchis sinensis : douve du foie que l’on peut attraper en mangeant du poisson cru.

Taenia solium : long ténia que l’on peut attraper en mangeant du porc insuffisamment cuit.

Taeniarhynchus saginatus : long ténia que l’on peut attraper en mangeant du bœuf pas assez cuit.

Les ectoparasites

Les ectoparasites sont des insectes qui se fixent à votre peau pour se nourrir de votre sang ou des tissus de votre peau. Certaines espèces se cachent même sous votre peau. Ils peuvent provoquer des démangeaisons. Les ectoparasites sont très courants.

Voici quelques exemples familiers d’ectoparasites :

  • Punaises de lit.
  • Puces.
  • Mouches.
  • Poux.
  • Acariens.
  • Moustiques.
  • Tiques.

Certains ectoparasites (comme les punaises de lit) ne vous rendent visite que temporairement pour prendre leur repas de sang. D’autres (comme les poux) ne partent pas tant que vous n’avez pas fait d’efforts pour vous débarrasser d’eux.

Ce que ces punaises vous prennent est plus important que ce qu’elles vous donnent en retour. Certains ectoparasites ne se nourrissent pas seulement de vous, mais beaucoup sont aussi des vecteurs d’autres agents pathogènes. Ils peuvent vous les transmettre lors de leurs festins.

Par exemple, les ectoparasites peuvent vous donner des agents pathogènes comme le virus du Nil occidental, la bactérie Borrelia burgdorferi (qui cause la maladie de Lyme) et les parasites Plasmodium (qui causent la malaria). Certains peuvent également transmettre les co-infections de Lyme, notamment Babesia et Bartonella.

Comment une personne peut-elle attraper un parasite?

Les parasites sont plutôt sournois et peuvent se cacher à peu près partout. Cela inclut l’eau, la nourriture, les animaux domestiques, le sol, les autres personnes et les surfaces que vous pouvez toucher. Vous pouvez contracter des parasites à partir de personnes contaminées ou infectées :

  • La nourriture : comme mentionné ci-dessus, la viande et les fruits de mer insuffisamment cuits peuvent être des sources de parasites. Les aliments crus, y compris les fruits et les légumes, peuvent également être contaminés par des parasites. Si vous n’êtes pas sûr de la façon dont vos produits ont été manipulés, nettoyez-les avec de l’extrait de pépins de pamplemousse dilué dans de l’eau. Il est efficace contre de nombreux parasites microscopiques et autres agents pathogènes.
  • L’eau : cela inclut l’eau que vous buvez, même l’eau municipale. Vous pouvez également trouver des parasites responsables de l’infection à Giardia dans l’eau manipulée par un employé de restaurant infecté aux mains sales. Vous pourriez contracter des parasites comme le Cryptosporidium si vous vous baignez dans des lacs, des cours d’eau et des piscines contaminés.
  • Le sol : vous pouvez ramasser les parasites du sol, par exemple en marchant pieds nus à l’extérieur. Les ascaris, ankylostomes et trichocéphales contaminent couramment le sol et peuvent persister pendant des années. Portez des chaussures lorsque vous vous promenez dans des endroits douteux, notamment là où les animaux font leurs besoins.
  • Les animaux de compagnie : les amis à fourrure peuvent vous donner des parasites, surtout si les soins vétérinaires sont négligés. Par exemple, vous pourriez contracter une infection à T. gondii en manipulant une litière de chat contaminée. Lavez-vous bien les mains après avoir touché des animaux de compagnie. Les œufs de parasites peuvent se coller dans leur fourrure.
  • Transfusions sanguines : avant de donner votre sang, on vous demandera peut-être si vous avez eu certains parasites transmis par le sang comme Babesia. Cependant, certaines personnes ne savent même pas qu’elles sont infectées et les laboratoires ne testent que certains parasites dans les dons de sang.
  • Surfaces : les jouets, la literie, les poignées de porte et d’autres objets peuvent être contaminés par des parasites, en particulier par de minuscules œufs d’oxyures. Ces œufs peuvent également se propager dans l’air. Ils peuvent s’attarder sur les objets et dans l’air pendant quelques semaines. Vous pouvez les respirer.
  • Toilettes : les oxyures peuvent se coller aux sièges des toilettes et peuvent contaminer d’autres objets dans les salles de bain. Si vous devez vous asseoir sur un siège de toilette publique, créez d’abord une barrière. Certaines toilettes sont équipées d’un revêtement en papier pour les sièges, mais vous pouvez aussi utiliser du papier hygiénique.
  • D’autres personnes : si une personne est infectée et ne se lave pas bien les mains après avoir utilisé les toilettes, elle peut vous transmettre des parasites. De plus, une femme enceinte infectée peut transmettre certains parasites à son enfant à naître. Certains parasites se transmettent par voie sexuelle, notamment le T. vaginalis.

N’oubliez pas que certaines personnes sont porteuses de parasites et ne savent pas qu’elles sont infectées. Elles peuvent quand même vous les transmettre. Si votre système immunitaire est affaibli, par exemple par d’autres infections chroniques comme la maladie de Lyme, vous êtes plus susceptible de contracter des parasites.

Facteurs aggravants

Des conditions sanitaires plus nombreuses qui réduisent l’exposition aux microorganismes augmentent la probabilité que le système immunitaire devienne surréactif, ce qui augmente la probabilité de développer des maladies auto-immunes en réponse à l’exposition aux toxines, à une mauvaise alimentation et à d’autres facteurs environnementaux. Le fait est que depuis des milliers d’années, les humains ont évolué en même temps que les helminthes, et puisque le but de tout être vivant, y compris les parasites, est de rester en vie, ces parasites ont évolué pour tolérer et même moduler le système immunitaire du corps humain afin d’éviter d’être éliminés. Si un parasite peut contourner les attaques du système immunitaire, mais ne pas le supprimer au point de compromettre la santé de l’hôte (c’est-à-dire vous), alors parasite et humain peuvent coexister.

Cependant, l’environnement de plus en plus toxique, incluant la pollution, pourrait aggraver le problème des parasites. En effet, les toxines peuvent affaiblir les défenses de votre corps et modifier l’activité des parasites.

La toxicité des métaux lourds peut également vous rendre vulnérable aux infections parasitaires et affaiblir votre système immunitaire. Les parasites ont tendance à accumuler les métaux lourds, qui peuvent être libérés lorsque vous tuez les créatures. Soyez donc prêt à combattre cela dans le cadre des symptômes de mort des parasites.

Les parasites sont également plus susceptibles de se multiplier chez les personnes présentant un déséquilibre microbiologique ou un système immunitaire affaibli. Être en mauvaise santé, c’est en gros ouvrir la porte à ces envahisseurs pour qu’ils s’installent dans votre corps et se nourrissent lentement de vos ressources intérieures. Cela peut entraîner des carences en nutriments, un système immunitaire affaibli qui peut perpétuer la maladie, ainsi que de graves dysfonctionnements intestinaux. Constatez le cercle vicieux : une mauvaise santé affaiblit le système immunitaire, attirant ainsi les parasites, et une prolifération de parasites affaiblit encore plus votre santé.

Les tests de dépistage

Comment les parasites sont-ils diagnostiqués?

Il est peut-être facile pour les parasites de vous trouver, mais il n’est pas aussi facile de les trouver. Ils font de leur mieux pour éviter d’être détectés.

Il existe différents tests qui peuvent aider à vérifier si vous avez des parasites. Ils sont cependant loin d’être précis à 100 %. Il s’agit notamment de tests standards de selles et de sang ainsi que de l’examen de l’intestin à l’aide d’un équipement spécial.

Tests en laboratoire public (demandés par un médecin)

Tests de selles et de sang

Le test de selles consiste à rechercher les ovules ou les œufs d’un parasite dans vos selles afin de déterminer la présence d’une infection. Vous pouvez soumettre des échantillons de selles à un laboratoire pour vérifier si vous avez des parasites intestinaux ou leurs œufs (ovules). Ces tests sont appelés « tests d’ovules et de parasites (O&P) ». Un technicien de laboratoire peut utiliser des colorants spéciaux pour aider à détecter les parasites lorsqu’il examine vos échantillons au microscope.

Il est préférable de fournir au moins trois échantillons de selles différents de jours différents pour réduire le risque de disparition des parasites. Il est cependant facile pour les laboratoires de négliger les parasites, car ceux-ci peuvent tout simplement ne pas se trouver dans les minuscules selles que le laboratoire analyse à partir des échantillons plus importants que vous lui soumettez.

Une autre façon de vérifier la présence de parasites consiste à effectuer des tests sanguins. Les tests sanguins sérologiques permettent de rechercher des types spécifiques d’infections parasitaires en recherchant les anticorps produits lorsque le corps est infecté par un parasite. Un frottis sanguin recherche les parasites dans le sang en examinant l’échantillon au microscope.

Il n’existe toutefois pas de test sanguin permettant de vérifier la présence de tous les types de parasites. Les tests servent plutôt à vérifier la présence de quelques types de parasites spécifiques que le médecin soupçonne que vous pourriez avoir.

Les tests sanguins sont conçus pour identifier les parasites en vérifiant leur présence.

  • Les anticorps : lorsque vous êtes infecté par un parasite, votre système immunitaire fabrique des anticorps spécifiques pour le combattre. Les tests sanguins peuvent être utilisés pour vérifier la présence d’anticorps contre un petit nombre de parasites, mais pas pour tous les types de parasites.
  • Parasites visibles : le personnel de laboratoire peut examiner directement au microscope un frottis sanguin spécialement coloré. Il recherche les parasites qui résident dans le sang. Par exemple, le Plasmodium (le parasite de la malaria) et Babesia peuvent être trouvés dans un frottis sanguin.

Il est à noter que les tests au public, qui sont désuets en 2020, trouvent rarement la présence de parasites chez mes clients et que les médecins sont souvent réfractaires à les prescrire, à moins que vos symptômes correspondent spécifiquement aux symptômes qu’ils leur ont attribués, dont celui de diarrhée.

Imagerie et autres tests

Les tests d’imagerie, tels que les rayons X, les scanners IRM et les tomodensitogrammes, peuvent détecter des signes de parasites dans les tissus de votre corps. Le médecin peut chercher autre chose, mais pourrait remarquer des parasites dans le processus.

Par exemple, un gonflement du foie et de la rate pourrait suggérer que vous êtes infecté par le Plasmodium. Ces scanners pourraient montrer de gros vers Ascaris dans votre intestin.

Un autre type de test peut révéler des parasites si un examen des selles ne permet pas de trouver de parasites, mais que votre médecin soupçonne tout de même une infection. Il s’agit de l’examen de vos intestins à l’aide d’une caméra, située à l’extrémité d’un tube introduit par la bouche (endoscopie) ou le rectum (coloscopie), qui peut rechercher des signes de parasites. Cela reste cependant un moyen invasif et coûteux.

Test recommandé

L’analyse de votre ADN est une nouvelle forme de test qui permet de rechercher l’ADN du parasite, par exemple dans le sang ou les selles. Le meilleur sur le marché est le test de selle GI MAP .

Il peut être comparé aux bases de données de parasites connus. Les tests basés sur l’ADN sont commodément automatisés. Le niveau de détection est donc beaucoup plus sensible. De même, lorsque vous éliminez le risque d’erreur humaine, vous augmentez également la précision des résultats. Ce qui apparaît sur le test reflète plus précisément ce qui se trouve dans l’intestin. Tous les parasites ne peuvent cependant pas être testés de cette manière, car l’ADN de certains d’entre eux n’a pas été analysé.

Quelle est la précision des tests de dépistage des parasites?

Les tests de dépistage des parasites au public comportent de nombreux facteurs d’erreurs ci-dessous et même ceux ADN au privé que je recommande ne sont pas parfaits non plus, mais lorsque c’est positif, il n’y a pas de doutes.

Voici les facteurs et raisons pour lesquels vos tests de dépistage de parasites peuvent se révéler négatifs malgré une infection.

  • Une formation insuffisante : le technicien qui examine vos selles ou votre échantillon de sang est-il très bien formé et expérimenté? Le nombre de personnes réellement qualifiées pour effectuer ces tests diminue, alors que les besoins augmentent.
  • Le manque de temps : les laboratoires médicaux sont souvent très occupés avec de nombreux tests à effectuer. Si un technicien est sous-qualifié et pressé, le risque d’erreur augmente.
  • Stockage inadéquat : si votre échantillon n’est pas manipulé correctement, il est peu probable que vous obteniez un résultat précis. Pour détecter certains parasites à leur stade actif, votre échantillon de selles doit être examiné dans les 30 à 60 minutes qui suivent son passage ou être mis dans un conservateur. Sinon, le parasite se désintégrera avant d’être détecté.
  • Destruction rapide de l’ADN : bien qu’il existe des tests génétiques pour détecter les parasites dans vos échantillons, les parasites peuvent détruire leur ADN lorsqu’ils meurent. Par exemple, le Leishmania dégrade rapidement son ADN dans presque toutes les situations de mort. Si un échantillon n’est pas conservé de manière appropriée et transporté en temps utile, les résultats du test peuvent être invalidés.
  • Les parasites ne sont pas expulsés : les échantillons de selles ne reflètent pas nécessairement toutes les créatures qui se trouvent en vous. Certains parasites peuvent tout simplement ne pas sortir lorsque vous faites le test. Par exemple, ils peuvent se cacher dans votre intestin ou dans vos tissus.
  • Disponibilité insuffisante : Il se peut que vous ne disposiez pas des tests ou des équipements appropriés. Et en raison d’une formation insuffisante des médecins en matière de parasitologie, il se peut qu’ils ne connaissent même pas les meilleurs tests pour vous. De plus, votre assurance ne couvrira peut-être pas ces tests.

Comment régler les parasites de façon naturelle?

La bonne nouvelle est qu’il y a des choses que vous pouvez faire, notamment en utilisant des suppléments et des stratégies de style de vie pour purger les parasites, et ce, même si vous n’avez pas de diagnostic « officiel » d’un médecin.

  • Favoriser le drainage.
  • Avant de commencer un nettoyage antiparasitaire, assurez-vous que les toxines sont bien évacuées de votre corps. Vous ne voulez pas que les débris des pathogènes restent dans votre intestin, votre foie et vos reins. L’expulsion des toxines nécessite un bon drainage.
  • Certains parasites ralentissent le mouvement du contenu de votre intestin, ce qui crée de la constipation. Cela empêche qu’ils ne soient emportés par les selles, créant ainsi une accumulation de toxines dans votre corps. C’est malin, non? Cette situation peut aggraver vos symptômes.
  • Faites bouger votre côlon régulièrement avec des herbes qui font bouger les intestins, comme les graines de fenouil et la racine de rhubarbe. Le but est de faire une selle deux ou trois fois par jour pendant la désintoxication.
  • Assurez-vous également que vos reins et votre foie se drainent bien avant de vous lancer dans un nettoyage antiparasitaire en profondeur.
  • Votre foie doit traiter les toxines des parasites pour que vous puissiez vous en débarrasser par le biais de votre bile. Certains vers parasites bloquent toutefois vos voies biliaires, ce qui interfère avec l’élimination des toxines.
  • Le TUDCA, un acide biliaire hydrosoluble disponible sous forme de supplément, aide à fluidifier la bile, ce qui facilite l’élimination des toxines. Les lavements au café peuvent également vous aider à libérer la bile chargée de toxines.
  • Les graines de Mimosa pudica sont un autre complément qui pourrait vous aider à expulser les parasites. Cette graine se transforme en une substance gluante une fois que vous l’avez ingérée. Elle peut s’accrocher aux parasites qui s’agrippent à la paroi de votre intestin. Ils peuvent ensuite être balayés dans vos selles.
  • Plusieurs herbes, dont le chardon-Marie et le persil, peuvent soutenir les fonctions hépatiques et rénales. Cela donne à ces organes un coup de pouce dans leurs efforts de nettoyage et de drainage.
  • Prenez des herbes antiparasitaires. Envoyez aux parasites le message clair que vous n’êtes pas l’hôte gracieux auquel ils s’attendaient. La prise d’herbes antiparasitaires comme le triphala et le clou de girofle pourrait les faire fuir en toute hâte. Ne laissez pas les parasites s’installer trop confortablement. Changez régulièrement votre routine de consommation d’herbes et essayez une formule liquide antiparasitaire pour les prendre au dépourvu.

  • Voici d’autres exemples d’herbes antiparasitaires :
    • Artémisinine.
    • Huile d’origan.
    • Noyer noir.
    • Berbérine.
    • Extrait de pépins de pamplemousse.
    • Ail.

Réaction de herx

Une chose à savoir si vous combattez une infection parasitaire de manière à éliminer rapidement les parasites : la possibilité d’une réaction de Jarisch-Herxheimer.

Lorsque vous essayez de tuer et de vous débarrasser des parasites, ceux-ci libèrent des toxines lorsqu’ils meurent. Sans un soutien adéquat du foie pendant cette période, votre corps peut répondre à cette charge toxique élevée par des symptômes de désintoxication inconfortables, comme des maux de tête ou l’exacerbation des symptômes actuels. En gros, vos symptômes peuvent s’aggraver avant de s’améliorer. Il est important de ne pas oublier de commencer par une faible dose d’antiparasitaires et de passer progressivement à une dose complète pour éviter autant que possible cette réaction (mais là encore, parlez à votre professionnel de la santé pour déterminer ce qui est le mieux pour vous).

Préparez-vous à ce que vous pourriez voir, ou ne pas voir, pendant votre nettoyage des parasites. Beaucoup de gens voient des vers parasites et des fils caoutchouteux de vers de corde pendant un nettoyage. Mais vous ne pouvez pas voir la majorité des parasites sans un microscope. Il se peut donc que vous ne voyiez rien dans vos selles. Cela ne veut pas dire que ce que vous faites ne fonctionne pas.

Adoptez un mode de vie sain

Les invités resteront plus longtemps s’ils se sentent les bienvenus. Les parasites sont du genre « donnez-leur un pouce et ils prendront un mile ». Assurez-vous que le tapis d’accueil n’est pas trop grand pour eux.

Les parasites adorent le sucre. Ce glucide raffiné se cache dans des endroits où vous vous y attendriez le moins, comme les condiments, les flocons d’avoine instantanés aromatisés et les barres nutritives. Le sucre fait partie de la liste des choses à ne pas manger quand on a un parasite.

Pour vous asurez de ne pas avoir mal au ventre et d’avoir des troubles digestifs, vous devriez plutôt opter pour une alimentation AIP qui est dense nutrionellement. Elle propose des aliments sains comme la viande provenant d’animaux nourris à l’herbe, les fruits et légumes entiers, les noix et les graines. Non seulement vous chasserez les parasites, mais vous donnerez aussi à votre corps ce dont il a besoin pour guérir.

Il est également important de rester hydraté avec de l’eau propre et de bonne qualité, car cela vous aide à éviter la constipation. Si vous n’absorbez pas suffisamment de liquides, les toxines risquent davantage de se retrouver dans votre côlon.

Un autre élément d’un mode de vie sain est la pratique régulière d’une activité physique. Bouger, même de façon simple comme la marche, aide à drainer le système lymphatique. C’est un autre endroit où les toxines peuvent s’accumuler, ce qui peut entraîner des symptômes comme le gonflement des chevilles et des yeux pendant la désintoxication.

Enfin, soyez prêt à faire face à d’éventuels symptômes émotionnels en éliminant les parasites. Par exemple, vous pourriez vous sentir déprimé, anxieux ou irritable. Les protocoles de guérison naturels et un état d’esprit positif vous aideront à surmonter ces émotions.

les parasites seraient la cause de votre mal au ventre et de vos troubles digestifs

Ces parasites vont de créatures unicellulaires microscopiques aux gros vers, visibles à l’œil nu. Quelle que soit leur taille, ils peuvent nuire à votre santé.

Les parasites peuvent être à l’origine d’un grand nombre de vos problèmes de santé chroniques. Les problèmes intestinaux, les sensibilités alimentaires et les problèmes auto-immuns peuvent tous être attribués à des parasites. S’attaquer aux parasites pourrait être une partie essentielle de votre parcours de guérison.

Les herbes antiparasitaires pourraient vous aider à vous débarrasser naturellement des parasites. Pour cela, il est essentiel de favoriser le drainage et la désintoxication.

# troubles digestifs # mal au ventre

Plus
d'articles à découvrir