Les carences en nutriments un facteur important des maladies auto-immunes

Les carences en nutriments un facteur important des maladies auto-immunes

Webinaire Gratuit sur les Maladies auto-immunes: de la cause à la solution!

Réglez vos symptômes à la racine et retrouvez enfin votre liberté! Inscrivez-vous pour recevoir notre Webinaire.
Avez-vous déjà pensé que la clé pour inverser les épidémies actuelles de maladies chroniques pourrait être relié aux carences en vitamines et minéraux? Un apport pauvre en nutriments peut être à la base des maladies auto-immunes au départ, mais aussi tout au long de la progression de la maladie, comme dans un cercle vicieux.

Avez-vous déjà pensé que la clé pour inverser les épidémies actuelles de maladies immunitaires et chroniques pourrait être relié aux carences en vitamines et minéraux?

Si vous avez des réactions allergiques ou inflammatoires parfois incontrôlées ou incompréhensibles, il est normal que votre intuition première ait été de restreindre certains aliments pour éviter ces réactions.

Un apport pauvre en nutriments peut être à la base des maladies immunitaires au départ, mais aussi tout au long de la progression de la maladie, comme dans un cercle vicieux.

 

Les Carences à la base des  Dysfonctionnements et maladies immunitaires?

Ainsi, il est important de comprendre que de nombreux micronutriments sont des modulateurs immunitaires, ce qui signifie qu’il faut des quantités suffisantes de ces substances pour réguler le système immunitaire.

Les problèmes d’insuffisance alimentaire ou de malabsorption contribuent à la surstimulation du système immunitaire dans les maladies immunitaires. Cependant, le besoin de nombreux micronutriments augmente également en cas d’inflammation. Il se peut que les personnes atteintes d’une maladie auto-immune deviennent immunodéficientes parce que leur corps a besoin d’une plus grande quantité de ces vitamines, minéraux et antioxydants pour aider à contrôler l’inflammation lorsque leur système immunitaire est surstimulé. Dans tous les cas, il est nécessaire d’augmenter l’apport de ces nutriments importants pour aider à contrôler l’inflammation, à réguler le système immunitaire et à guérir l’organisme. (maladies immunitaires)


Alimentation standard dénaturée et dépourvue de nutriments

maladies immunitaires


La diete américaine standard, inflammatoire et dépourvue de nutriments


De nombreux aliments de base du régime alimentaire américain typique ont très peu de valeur nutritive. Pire encore, plus un aliment est raffiné, transformé et fabriqué, plus les nutriments inhérents aux ingrédients bruts sont lessivés, retirés ou dégradés. Les aliments transformés, les aliments raffinés, la restauration rapide et la malbouffe n’apportent pratiquement aucun nutriment à notre régime alimentaire (en outre, ils sont souvent problématiques pour notre santé à d’autres égards).

Mais même les aliments que beaucoup de gens pensent être sains, comme les céréales complètes et les produits laitiers à faible teneur en matières grasses, sont assez faibles en nutriments essentiels. Saviez-vous que les grains étaient tellement pauvres en nutriments qu’ils ont déjà été abolis et qu’à cause des lobbies qui voulaient en vendre, ils ont été réintroduits en y ajoutant des vitamines synthétiques? Bien évidemment, chaque fois qu’un aliment faible sur le plan nutritionnel remplace un aliment puissant, la valeur nutritionnelle globale du régime alimentaire en souffre.


Régime Paléo

Même en suivant un modèle alimentaire sain, comme le régime Paléo standard, comme défini dans la dernière décennie de livres et de sites Web, il n’est pas garanti que vous receviez tous les micronutriments dont vous avez besoin pour être en bonne santé,. Ainsi vous éviterez les maladies immunitaires. Bien que les aliments approuvés par le régime Paléo représentent les aliments les plus riches en nutriments de notre approvisionnement alimentaire, atteindre la suffisance en micronutriments nécessite encore un engagement. En fait, les analyses des choix alimentaires typiques du régime Paléo révèlent que la biotine (abondante dans le foie et les légumes-racines), le calcium (abondant sous sa forme la plus biodisponible [c’est-à-dire que notre corps peut facilement le digérer et l’utiliser] dans les légumes à feuilles foncées comme le chou vert ainsi que dans les poissons entiers comme les sardines) et le chrome (abondant dans les légumes à feuilles foncées, les huîtres et le foie) sont couramment déficients dans le régime Paléo. Bien que le régime Paléo dépasse de loin les autres approches en termes de suffisance en micronutriments, si vous vous en tenez aux stéréotypes de la viande, des légumes et de l’huile de noix de coco, vous risquez de passer à côté de nutriments importants pour une santé optimale.


Paléo version améliorée

C’est pourquoi le protocole auto-immun (AIP) est une approche qui privilégie les nutriments. Ayant pour objectif le choix des aliments les plus riches en nutriments disponibles afin d’atteindre une suffisance nutritionnelle alimentaire, le AIP nous amène à consommer des quantités suffisantes de tous les nutriments essentiels et non essentiels nécessaires à la santé humaine.

Pour souligner davantage pourquoi la suffisance en nutriments est un principe si important de l’AIP, examinons le lien entre l’insuffisance nutritionnelle et l’incidence des maladies auto-immunes.

L’insuffisance alimentaire des vitamines et minéraux essentiels suivants est d’une fréquence choquante. Chacun de ces nutriments est important pour le fonctionnement normal du système immunitaire, c’est pourquoi l’insuffisance est fortement liée aux maladies auto-immunes. D’autres associations sont probables, car il s’agit d’un domaine de recherche scientifique émergent.


Vitamine A

56 % des Américains respectent rarement l’AJR

La vitamine A est essentielle pour le maintien et la régénération normale des barrières muqueuses, comme l’épithélium intestinal. Elle est également essentielle au fonctionnement normal des cellules inflammatoires, telles que les neutrophiles, les macrophages et les cellules tueuses naturelles. Les niveaux de vitamine A ont un effet profond sur différentes sous-populations de cellules T, les cytokines (médiateurs chimiques de l’inflammation) et la production de diverses sous-classes d’anticorps. De façon plus particulière, la vitamine A soutient la formation régulatrice des lymphocytes T, ce qui pourrait être la clé des avantages observés dans les études sur la supplémentation en vitamine A.

La carence en vitamine A est fortement associée à une immunité affaiblie et à une susceptibilité aux maladies infectieuses et a été associée à plusieurs maladies auto-immunes, notamment l’alopécie aréolaire, la sclérose en plaques et l’hépatite auto-immune.


Vitamine B6

54 % des Américains respectent rarement l’AJR

Les vitamines B6, B9 et B12 sont essentielles pour soutenir le cycle de méthylation (voir gène MTHFR). Il est important de noter que les changements dans la méthylation de l’ADN (à la fois trop et trop peu) ont été observés dans des cas de maladies auto-immunes telles que le lupus érythémateux systémique. Il n’est donc pas surprenant que ces trois vitamines B en particulier soient celles qui ont été liées aux maladies auto-immunes.

La vitamine B6 est convertie en coenzyme sous la forme de pyridoxal 5′-phosphate (PLP), utilisé dans le métabolisme des acides aminés et des lipides et nécessaire à la gluconéogenèse (la création de glucose à partir d’acides aminés ou d’acides gras). Le PLP est également impliqué dans la synthèse des neurotransmetteurs et de l’hémoglobine. La carence en PLP a été liée au diabète de type 1.


Vitamine B9

75 % des Américains respectent rarement l’AJR

La vitamine B9 (folate) est convertie en tétrahydrofolate de coenzyme (THF), qui intervient dans le métabolisme des acides nucléiques et des acides aminés. Le THF est également nécessaire à la division cellulaire normale et à la production de globules rouges. Les macrophages activés et certains lymphocytes T impliqués dans certaines maladies auto-immunes possèdent des récepteurs de folates dans leurs membranes cellulaires. C’est pourquoi le méthotrexate, un agoniste des folates, a été utilisé pour traiter la polyarthrite rhumatoïde.

La carence en vitamine B9 a été associée au syndrome de carence cérébrale en folate, à la polyarthrite rhumatoïde, au syndrome de Sjögren, à la maladie cœliaque, à la maladie de Crohn et à la colite ulcéreuse.


Vitamine B12

30 % des Américains respectent rarement l’AJR

La vitamine B12 est essentielle pour le métabolisme des glucides, des protéines et des lipides dans chaque cellule du corps. Elle est particulièrement importante pour la synthèse et la régulation de l’ADN, la synthèse des acides gras et la production d’énergie. De plus, elle joue un rôle clé dans la production des cellules sanguines, des gaines nerveuses et des protéines. La vitamine B12 est un élément nécessaire pour 2 enzymes importantes dans le cycle de méthylation : la méthylmalonyl-CoA mutase (MCM) et la 5-méthyltétrahydrofolate-homocystéine méthyltransférase (MTR, qui est aussi parfois appelée méthionine synthase).

La carence en vitamine B12 a été associée à la sclérose en plaques, à la maladie cœliaque, au syndrome de Sjögren, à la maladie de Crohn, à la colite ulcéreuse, à la gastrite atrophique auto-immune, à l’alopécie aréolaire et au diabète de type 1.

Les vitamines B souvent carencées mais très importantes pour les maladies chroniques


Vitamine C

38 % des Américains respectent rarement l’AJR

La vitamine C est un antioxydant extrêmement important. Des niveaux adéquats sont essentiels pour prévenir la gastrite (qu’elle soit auto-immune, chimique ou infectieuse) et sont utiles pour contrôler les infections persistantes comme H. pylori.

Une carence en vitamine C est associée au lichen planus et au purpura thrombocytopénique idiopathique.


Vitamine D

Environ 75 % des Américains sont carencés en vitamine D

En plus de tous ses autres rôles (voir Vitamine D), la vitamine D est cruciale pour la régulation de plusieurs composants clés du système immunitaire, notamment la formation d’importants antioxydants et le contrôle de sous-populations de cellules T. La fonction la plus importante et la plus régulatrice des lymphocytes T dépend de la vitamine D (ce qui signifie que les lymphocytes T régulateurs ne peuvent pas remplir leurs fonctions sans vitamine D).

La carence en vitamine D est fortement liée aux maladies auto-immunes et a été impliquée comme un déclencheur environnemental du lupus érythémateux systémique, du diabète de type 1, de la maladie pulmonaire interstitielle auto-immune, de la sclérose en plaques, de la polyarthrite rhumatoïde, de la maladie cœliaque, du psoriasis et des maladies inflammatoires de l’intestin.


Vitamine E

60 % des Américains respectent rarement l’AJR

Le rôle principal de la vitamine E dans le système immunitaire semble être son activité antioxydante, mais il a également été démontré qu’elle favorise la maturation des cellules T dans le thymus.

La carence en vitamine E a été observée dans des cas de psoriasis, de vitiligo, d’alopécie aréolaire et de polyarthrite rhumatoïde. La supplémentation en vitamine E a réduit l’inflammation chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde.


Cuivre

31 % des Américains respectent rarement l’AJR

Le cuivre est requis par le système immunitaire pour soutenir la production de certaines cytokines par les lymphocytes T et réguler la prolifération des lymphocytes T (division cellulaire). De même, le cuivre alimentaire est important dans la résistance aux infections.

La carence en cuivre est associée à la polyarthrite rhumatoïde et au pemphigus vulgaire.


Iode 

74 % des Américains respectent rarement l’AJR

L’iode est important pour le développement et le bon fonctionnement de la thyroïde et est un composant essentiel des hormones thyroïdiennes. L’iode peut également jouer un rôle dans la fonction immunitaire, car les globules blancs phagocytosants (qui mangent les agents pathogènes) produisent diverses iodoprotéines (protéines contenant de l’iode), dont la prohormone thyroïdienne T4.

L’excès et la carence d’iode sont tous deux associés à la thyroïdite de Hashimoto et à la maladie de Graves.


Fer 

39 % des Américains respectent rarement l’AJR

Le fer est un composant essentiel de l’hémoglobine, la protéine des globules rouges responsable du transport de l’oxygène des poumons à toutes les autres cellules du corps. Plus précisément, le fer fait partie d’une molécule appelée « hème » : quatre molécules d’hème font partie d’une protéine de l’hémoglobine et c’est le fer lui-même qui se lie à l’oxygène. L’hémoglobine n’est pas la seule protéine du corps qui contient de l’hème. En effet, l’hème est également un élément essentiel d’une famille de protéines qui participent à la protection contre les dommages oxydatifs. Le fer est aussi indispensable pour métaboliser les vitamines B, il est un cofacteur nécessaire pour une variété d’enzymes et il est important dans le métabolisme des protéines.

La carence en fer est une caractéristique de l’anémie hémolytique auto-immune, de l’anémie aplastique auto-immune et de l’anémie pernicieuse. La carence est également associée à la polyarthrite rhumatoïde, à la gastrite auto-immune, au lupus érythémateux systémique, au syndrome de Sjögren et à la maladie cœliaque.


Magnésium 

68 % des Américains respectent rarement l’AJR

Plus de 300 enzymes différentes dans nos cellules ont besoin de magnésium pour fonctionner, y compris toutes les enzymes qui utilisent ou synthétisent l’ATP et celles qui synthétisent l’ADN et l’ARN. Il est important pour le métabolisme du phosphore, du calcium, du potassium, du sodium, des vitamines du complexe B et des vitamines C et E. Le magnésium est également un cofacteur de la méthylation et est nécessaire aux fonctions de détoxication. Il est important de noter qu’il a été démontré que l’épuisement du magnésium a un impact profond sur la glande thymus, ce qui a des conséquences pour toutes les maladies auto-immunes.

La carence est associée au lupus érythémateux systémique.


Sélénium

15 % des Américains respectent rarement la RDA

Le sélénium est très important dans plusieurs aspects du système immunitaire. Une carence en sélénium augmente le risque d’infections virales, il semble être essentiel pour le fonctionnement des cellules T (cela a été mieux étudié dans le contexte de l’infection par le VIH) et l’activation des neutrophiles et des cellules tueuses naturelles. Il protège contre plusieurs cytokines inflammatoires et module la production de plusieurs molécules clés de signalisation de l’inflammation. Le sélénium contribue à protéger contre les effets toxiques de l’arsenic, du cadmium et du mercure. Le sélénium est important pour l’absorption de la vitamine E. Il a été démontré qu’il prévient certaines formes de cancer, réduit le risque de maladies cardiovasculaires et diminue le risque de complications dans les unités de soins intensifs.

Une carence est associée à la thyroïdite de Hashimoto, à la maladie de Graves, au pemphigus vulgaire et au lichen plan.


Zinc

73 % des Américains respectent rarement la RDA

Le zinc est le deuxième métal le plus abondant dans l’organisme après le fer et est nécessaire à l’activité d’environ 300 enzymes différentes. Il a été démontré que le zinc affecte directement le système immunitaire en contrôlant le développement et l’activation des cellules T. Il a également été démontré qu’il réduit la production de cytokines par les cellules Th1 et Th17 (généralement trop actives dans les maladies auto-immunes). La carence en zinc est sans doute la carence en micronutriments la plus courante dans les maladies auto-immunes.

La carence est associée à l’arthrite rhumatoïde, à la sclérose en plaques, au pemphigus vulgaire, à la maladie d’Alzheimer, à l’hépatite auto-immune, à la cirrhose biliaire primitive, à la maladie thyroïdienne auto-immune, au lupus érythémateux disséminé, à la maladie cœliaque et au diabète de type 1.


DHA et EPA

70 % des Américains respectent rarement la RDA

Les acides gras oméga-3 à longue chaîne, DHA et EPA, sont stockés dans la membrane cellulaire, y compris dans de nombreuses cellules immunitaires telles que les monocytes, les macrophages, les granulocytes (comme les neutrophiles) et les lymphocytes. En cas de besoin, ils peuvent être internalisés et métabolisés en prostaglandines, thromboxanes et leucotriènes, qui servent de médiateurs à l’inflammation. En outre, l’incorporation de DHA et d’EPA dans la membrane cellulaire affecte les propriétés de la membrane cellulaire, telles que la fluidité, la flexibilité et la perméabilité, et modifie l’activité des enzymes qui sont incorporées dans la membrane. Ces effets sont bénéfiques pour la santé et le fonctionnement de la cellule. Par exemple, une membrane plus souple et plus fluide pour une cellule phagocytaire (une cellule « mangeuse » comme un macrophage, une cellule dendritique ou un neutrophile) signifie qu’elle est efficace dans son travail de « consommation » des agents pathogènes.

La supplémentation en DHA et EPA s’est avérée bénéfique dans l’arthrite rhumatoïde, la maladie de Crohn, la colite ulcéreuse, le psoriasis, le lupus érythémateux systémique, la sclérose en plaques, la glomérulonéphrite à médiation auto-immune.


Produits phytochimiques 

Pas de RDA établi

Les substances phytochimiques, telles que les polyphénols, sont d’importants antioxydants, dont beaucoup ont des propriétés anti-inflammatoires et sont connus pour améliorer la composition du microbiome intestinal. Voir Le monde étonnant des produits phytochimiques végétaux : Pourquoi un régime alimentaire riche en légumes est si important! et Polyphénols : Balle magique ou battage médiatique sur la santé?

Il a été démontré qu’une supplémentation est bénéfique dans les cas de thyroïdite auto-immune, de diabète de type 1 et de polyarthrite rhumatoïde

Dénominateur commun

Si l’on considère les aliments les plus riches en micronutriments comme essentiels, certains aliments reviennent sans cesse sur le devant de la scène en tant que moteurs de la nutrition, notamment le foie et les autres organes carnés, les fruits de mer (surtout les crustacés, mais aussi les poissons gras) et les légumes de toutes sortes, mais notamment les légumes verts à feuilles, les légumes de la famille des crucifères (qui comprend le chou, le brocoli et le chou vert) et les champignons.

Pour atteindre la suffisance nutritionnelle, il faut faire de ces aliments puissants à forte densité nutritionnelle la base de chaque repas. Cela signifie que chaque repas doit être centré sur les abats, les crustacés, les fruits très pigmentés, les légumes de mer, les poissons gras, les légumes crucifères, les légumes à feuilles, les champignons, les légumes fermentés, les herbes fraîches et les racines fibreuses. D’autres fruits, légumes, poissons blancs, viandes provenant d’animaux nourris à l’herbe et élevés en pâturage ainsi que des graisses saines comme l’huile d’olive extra vierge complètent le régime alimentaire. Il est important de manger au moins huit portions de légumes par jour, des fruits de mer la plupart des jours et des abats trois à cinq fois par semaine pour assurer une alimentation suffisante. C’est ce qui constitue la base du protocole sur les maladies auto-immunes.

Ne pas vous nourrir adéquatement revient à dire : « J’ai un véhicule payé le fort prix, mais qui ne roule pas bien sans y mettre d’air dans les pneus, de l’huile ou de l’essence de qualité! »

Allez faire le plein et votre bolide roulera de mieux en mieux.

# maladies immunitaires

Références

https://www.thepaleomom.com/essential-nutrient-deficiency-and-autoimmune-disease/

Plus
d'articles à découvrir