L'arthrite et la polyarthrite rumathoïde selon l'approche fonctionnelle – Suzie Turcotte

L’arthrite et la polyarthrite rumathoïde selon l’approche fonctionnelle

L’arthrite et la polyarthrite rumathoïde selon l’approche fonctionnelle

arthrite et la polyarthrite rumathoïde

Webinaire Gratuit sur les Maladies auto-immunes: de la cause à la solution!

Réglez vos symptômes à la racine et retrouvez enfin votre liberté! Inscrivez-vous pour recevoir notre Webinaire.

Il y a de fortes chances que vous ou quelqu’un que vous connaissez souffrez d’arthrite, une maladie qui rend les articulations raides, enflées et douloureuses. Après tout, cela affecte une assez grande partie de la population – jusqu’à 30% dans certains cas.

Ce que vous ne savez peut-être pas cependant, c’est qu’il existe différents types d’arthrite, et celui que je vois de plus en plus souvent dans mon bureau est la polyarthrite rhumatoïde, également connue sous le diminutif de PR.

Qu’est-ce que l’arthrite?

Il existe 2 grandes catégories d’arthrite. Une catégorie se nomme l’arthrose et l’autre est considérée comme l’arthrite auto-immune telle que la polyarthrite rhumatoïde (PR).

La PR est plus rare que l’arthrose (le type d’arthrite le plus courant) mais elle peut être plus grave et nécessite une approche holistique.

Ces deux diagnostics différents, fait par les médecins, sont généralement considérés comme des maladies inévitables qui se développent avec l’âge. Cette perception est fausse et nous acceptons souvent ces diagnostics sans penser pouvoir s’en débarrasser.

La recherche nous dit que ces deux types différents sont en fait diagnostiqués chez des individus de plus en plus jeunes, y compris l’arthrose !!

Cela nous dit que la nature de ces maladies, pourrait être le résultat du mode de vie et de notre environnement !

 

L’arthrose

Ce type d’arthrite était auparavant compris comme une douleur et une inflammation dans les articulations causées par une inflammation principalement due à l’obésité. La théorie était que le simple excès de poids contribuait à la détérioration des articulations et du cartilage. La recherche a révélé que ce n’est pas exactement cela.

Nous savons maintenant que la douleur et la détérioration des articulations et du cartilage sont dues à une inflammation provenant de différentes parties du corps due au stockage des graisses viscérales (graisses stockées autour des organes, des muscles et à l’intérieur des articulations qui surchargent le corps) en plus de réactions d’intolérances à certains aliments qui peuvent varier d’une personne à une autre.

Plus précisément, l’arthrose est maintenant considérée comme un symptôme du syndrome métabolique entre autres dans lequel l’hyperinsulinémie (taux élevé d’insuline) contribue à la résistance à l’insuline et à l’excès de graisse qui entraîne une inflammation dans le corps.

Chez les patients souffrant d’arthrose, l’importance de réduire l’insuline dans le corps est une des clés.

Ce trouble métabolique est un problème digestif tout comme les intolérances alimentaires et peuvent être inversés avec des changements d’alimentation et de mode de vie !

 

La Polyarthrite rhumatoïde

La polyarthrite rhumatoïde (PR) est une maladie auto-immune qui touche 1,5 million de personnes aux États-Unis. Comme l’arthrite,  ils sont affectés de plus en plus jeunes.  La PR est différente de l’arthrose car il s’agit d’une maladie auto-immune, ce qui signifie que le système immunitaire attaque ses propres tissus du corps mais dans la majorité des cas il a raison de le faire contrairement à ce que l’on veut vous faire croire. Les maladies auto-immunes peuvent cibler pratiquement n’importe quelle partie du corps, y compris la peau, le cerveau, la thyroïde et les intestins par exemple. Mais dans le cas de la PR, l’attaque immunitaire du corps vise les articulations, le liquide et les tissus qui les entourent, provoquant la détérioration du cartilage, des os et des ligaments de cette zone ce qui provoque une raideur, un gonflement et une douleur. La PR cible le plus souvent les poignets, les mains, les pieds, les chevilles et les genoux.  Les maladies auto-immunes sont toutes similaires dans leur origine, en ce sens que le système immunitaire du corps est déréglé en raison d’une perméabilité intestinale qui laisse entrer plusieurs intrus.

L’intestin perméable

En effet, un intestin qui fuit (leaky gut)  permet aux aliments non digérés et aux bactéries/levures/virus d’entrer dans la circulation sanguine et le système immunitaire se met en alerte pour créer des anticorps et le système immunitaire peut devenir hyperactif et confus. Il ne peut finalement plus faire la différence entre lui-même et les substances étrangères. Le système immunitaire, qui est normalement en alerte à tout moment pour protéger le corps contre les envahisseurs comme les bactéries et les virus, se met en hypervigilance. Dans le cas de la polyarthrite rhumatoïde, le corps commence à attaquer les tissus, les articulations et le cartilage, ce qui provoque une inflammation et une douleur chronique.

Lorsque les tissus autour de l’articulation sont enflammés, que ce soit en raison d’un syndrome métabolique ou d’une origine auto-immune, le liquide synovial à l’intérieur de l’articulation devient épais et gonfle et cela devient douloureux car le liquide synovial est ce qui fournit normalement un mouvement fluide lorsque vous bougez vos articulations.

Inflammation chronique

Une fois que l’inflammation se poursuit sans aucune résolution, le cartilage commence à se détériorer. Le cartilage est le tissu élastique qui recouvre les extrémités des os. La perte de cartilage et d’espace entre les articulations entraînent des dommages permanents.

La détection

Pour cette raison, la détection précoce et la prévention de l’arthrite doivent être prises au sérieux et rapidement mais il est dommage que la plupart des prestataires ne regardent pas les infections, les aliments et les facteurs environnementaux qui sont à l’origine de la maladie !

Les marqueurs et tests allopathiques

Dans la médecine allopathique, le plus souvent, un médecin vérifiera deux marqueurs ; le facteur rhumatoïde et l’anticorps peptide citrulliné cyclique (CCP-Ab) pour le déterminer. Et la maladie est ensuite traitée avec des médicaments immunosuppresseurs ce qui ne règle pas du tout la cause au contraire  cela procure un faux sentiment de protection alors que les causes (intrus) continuent de se propager.

Quels sont les symptômes de la PR ?

Étant donné que la PR découle d’un problème avec le système immunitaire, les symptômes de la PR peuvent être plus variés que ceux d’autres types d’arthrite. Par exemple, vous pouvez ressentir de la fatigue, des douleurs musculaires, une perte d’appétit ou une fièvre légère aléatoire ainsi que des symptômes plus reconnaissables de la PR, tels que : Gonflement ou chaleur autour des articulationsDouleurs articulairesRaideurs le matin ou après s’être assis ou couchéNodules sous la peau autour de l’articulation qui sont difficiles au toucherPerte de mobilité

Arthrite inflammatoire

La PR peut dégénérer en une maladie plus systémique appelée « arthrite inflammatoire », qui peut entraîner d’autres complications comme un risque accru de maladie cardiovasculaire, un essoufflement et des douleurs thoraciques, un syndrome du canal carpien, des problèmes rénaux, anémie, nodules rhumatoïdes, fragilité des os, infections fréquentes, maux de tête et changements drastiques de l’appétit. La pathogenèse de l’arthrite inflammatoire est complexe et influencée par des facteurs génétiques et environnementaux. Chez les patients atteints d’arthrite inflammatoire, la réponse immunitaire est dérégulée, conduisant à un état d’inflammation chronique.

Spondylarthrite rhumatoïde

La spondylarthrite est un type d’arthrite qui attaque la colonne vertébrale et, chez certaines personnes, les articulations des bras et des jambes. Elle peut également toucher la peau, les intestins et les yeux. Le principal symptôme (ce que vous ressentez) chez la plupart des patients est la lombalgie.

Spondylarthrite périphérique

Chez une minorité de personnes, le symptôme majeur est la douleur et l’enflure des bras et des jambes. Les adolescents, ceux dans la vingtaine et en particulier les hommes, sont le plus souvent touchés. Les membres de la famille des personnes atteintes de spondylarthrite sont plus à risque.

Spondylarthrite ankylosante.

De nombreuses personnes atteintes de spondylarthrite axiale évoluent vers un certain degré de fusion vertébrale, connue sous le nom de spondylarthrite ankylosante. Cela frappe plus souvent les jeunes hommes.

arthrite et la polyarthrite rumathoïde

arthrite et la polyarthrite rumathoïde

Les approches thérapeutiques

 L’approche allopathique

En règle générale, la médecine allopathique ne tente pas de trouver la ou les causes mais seulement de régler ou diminuer les symptômes avec la médication le plus souvent. Les AINS et d’autres médicaments anti-inflammatoires sont utilisés pour désactiver le système immunitaire. Cela peut temporairement résoudre les symptômes d’inflammation et de douleur, mais si l’on ne trouve pas ni n’enlève les causes, la maladie ne va cesser d’empirer.  De plus, ces médicaments contribuent aux fuites intestinales ce qui permet encore plus aux envahisseurs étrangers (parasites, virus etc…) de pénétrer librement dans le corps et de continuer à déclencher le système immunitaire créant ainsi en cercle vicieux !  C’est pour cette raison que la prednisone, sur de longues périodes, augmente votre sensibilité aux infections chroniques.

L’approche de la médecine fonctionnelle

L’approche de la médecine fonctionnelle est toujours d’aller à la racine de la maladie dans une vision holistique et systémique. En examinant les systèmes du corps dans son ensemble, nous pouvons observer des signes de maladie avant que de graves déséquilibres plus avancés ne soient perceptibles.  Cette approche de la maladie est parfaite pour les maladies chroniques comme l’arthrite dans lesquelles la détection précoce est primordiale pour la prévention et le rétablissement.L’approche de la médecine fonctionnelle pour l’arthrite reconnaît que notre intestin contient 70 à 80 % de notre système immunitaire. La correction des fuites intestinales (leaky gut) et l’amélioration de la digestion sont des priorités élevées pour une approche fonctionnelle des deux types d’arthrite étant donné qu’elle est causée par une inflammation chronique dans tout le corps.  Bien que chaque catégorie soit légèrement différente, elles ont toutes les mêmes approches axées sur l’intestin et l’alimentation et l’équilibre du système immunitaire entre autres.

Les causes

Plus important encore, nous devons trouver la (les) cause(s) !Se demander qu’est-ce qui pourrait causer ces problèmes plutôt que d’accepter l’hypothèse commune que “c’est génétique” et que nous ne pouvons rien y faire.

 

Facteurs environnementaux

Il existe également de nombreux facteurs environnementaux et génétiques qui peuvent déclencher la PR. Une étude montre que la prévalence de la PR a augmenté dans les villes urbaines par rapport aux villes rurales sûrement à cause de la pollution et du stress qu’apportent les grandes villes généralement.

 

L’alimentation anti-inflammatoire

En ce qui concerne l’alimentation, il serait avantageux pour vous de limiter ou supprimer ces aliments inflammatoires de votre alimentation pendant au moins 30 jours pour voir comment vous vous sentez ensuite : ·

Café·

Le tabac·

Tous les grains pas seulement le gluten·

Tous les sucre sauf les fruits naturels·

Tous les agrumes·

Les produits laitiers·

Les huiles végétales (sauf l’huile de l’olive et de coco)

À noter que le café et le tabac sont une priorité particulièrement élevée car des études ont établi un lien clair entre ces deux ingrédients et la PR. Par exemple, une étude a montré que la consommation de café peut être un facteur de risque d’augmentation du facteur rhumatoïde dans le sang (une protéine produite chez les patients atteints de PR).

 

 

gras anti-inflammatoires pour arthrite et la polyarthrite rumathoïde

gras anti-inflammatoires pour arthrite et la polyarthrite rumathoïde

Incorporer des ingrédients anti-inflammatoires

Maintenant, ce qui suit est une excellente liste d’ingrédients anti-inflammatoires qui peuvent aider à diminuer plus rapidement l’inflammation et vous aider à vous sentir mieux plus rapidement. ·

Le gras (celui de coco est excellent)

Les omega-3·

Curcuma·

Les légumes verts

Certains de ces ingrédients peuvent être pris sous forme de nourriture ou de supplément. Par exemple, vous pouvez obtenir des oméga-3 à partir d’aliments comme les graines de chia et les poissons gras et vous pouvez obtenir du curcuma en buvant du thé au curcuma frais ou en mangeant beaucoup de curry.

Soulager le stress

Le stress n’a jamais aidé aucune condition médicale. Les maladies rhumatoïdes ne font pas exception.Si vous souffrez d’une maladie chronique, mais surtout d’une maladie auto-immune, assurez-vous de donner la priorité aux soins personnels et de prévoir du temps pour vous détendre.À chaque fois que le système nerveux perçoit du stress,  il se dit qu’il a raison de rester en hypervigilance parce que selon lui si vous vivez du stress, il doit y avoir du danger.

Techniques de gestion du stress

Voici quelques-unes des techniques efficaces de gestion du stress : ·

Journalisation·

Méditation·

Yoga·

Bains de sel d’Epsom·

La lecture·

Marche en forêt

N’importe laquelle d’entre elles effectuée régulièrement contribuera grandement à réduire les symptômes et à prévenir toute exacerbation de votre système nerveux et immunitaire induite par le stress.

Bouger régulièrement

Si vous souffrez de PR, vous n’avez sûrement pas envie de bouger et avez peur de ressentir de la douleur lorsque vous le faites mais il est important de le faire pour activer la lymphe et sortir les déchets de votre corps en plus des bienfaits sur le mental.

Exercices à faible impact

Alors, voici quelques exercices à faible impact avec lesquels vous pouvez commencer : ·

Yoga·

Thaï chi·

Marches (en nature de préférence) ·

Vélo stationnaire·

Aquagym·

Pilates

L’inflammation

Une approche fonctionnelle reconnaît que le système immunitaire est responsable à la fois de l’inflammation et de l’anti-inflammation. L’inflammation est nécessaire dans le corps pour permettre au système immunitaire de faire son travail et de nettoyer les « méchants ». Le problème de l’auto-immunité et du syndrome métabolique n’est pas qu’il y ait de l’inflammation, c’est qu’il y a quelque chose qui perturbe le corps pour s’attaquer et provoquer une inflammation chronique.

 

Conclusion

La médecine fonctionnelle expose la cause profonde du système immunitaire confus et lorsque nous la retirons, le corps peut réaligner sa réponse immunitaire normale.

L’alimentation, l’activité physique, la dysbiose du microbiome et les expositions environnementales et infectieuses ne sont que quelques-uns des facteurs impliqués dans l’inflammation systémique chronique, contribuant à l’activité de la maladie dans l’arthrite inflammatoire. Ainsi, pour remédier aux déséquilibres, la médecine fonctionnelle priorise l’alimentation, une digestion efficace ainsi qu’un mode de vie sains, le contrôle des facteurs environnementaux pour prévenir, traiter et stopper la maladie.

 

 

Plus
d'articles à découvrir