L’alimentation AIP (auto-immune protocole) une solution à l’intestin poreux présent dans les maladies-auto-immunes.

L’alimentation AIP (auto-immune protocole) une solution à l’intestin poreux présent dans les maladies-auto-immunes.

Webinaire Gratuit sur les Maladies auto-immunes: de la cause à la solution!

Réglez vos symptômes à la racine et retrouvez enfin votre liberté! Inscrivez-vous pour recevoir notre Webinaire.
Il existe plus d’une centaine de maladies auto-immunes confirmées et de nombreuses autres maladies dont on soupçonne qu’elles sont d’origine auto-immune. La cause première de toutes les maladies auto-immunes est la même : notre système immunitaire, qui est censé nous protéger contre les micro-organismes envahisseurs, se retourne contre nous et attaque plutôt nos protéines, nos cellules et nos tissus.

Ce que l’on désigne en anglais comme un leaky gut (qui se traduit en français par le terme un intestin poreux ou un intestin qui fuit) est très important à comprendre car il contribue à la gravité des maladies auto-immunes et que pour renverser le système immunitaire,  l’intestin poreux doit impérativement être réparé.

Voici le résumé en vidéo

Il existe plus d’une centaine de maladies auto-immunes confirmées et de nombreuses autres maladies dont on soupçonne qu’elles sont d’origine auto-immune.

La cause première de toutes les maladies auto-immunes est la même : notre système immunitaire, qui est censé nous protéger contre les micro-organismes envahisseurs, se retourne contre nous et attaque plutôt nos protéines, nos cellules et nos tissus. Les protéines, les cellules et les tissus qui sont attaqués déterminent la maladie auto-immune et ses symptômes. Dans la maladie d’Hashimoto, la glande thyroïde est attaquée. Dans la polyarthrite rhumatoïde, les tissus de vos articulations sont attaqués. Dans le psoriasis, les protéines des couches de cellules qui composent votre peau sont attaquées.

Comment le système immunitaire devient-il si confus qu’il commence à attaquer notre propre corps? Il s’avère que l’auto-immunité, la capacité du système immunitaire à attaquer les tissus natifs, est un accident relativement courant. En fait, environ 30 % des personnes auront des niveaux mesurables d’auto-anticorps (anticorps qui se lient à une protéine de notre corps ou à une protéine étrangère, appelée antigène) dans leur sang à un moment donné.

Cet accident est si fréquent que notre système immunitaire dispose de plusieurs mécanismes de sécurité pour identifier l’auto-immunité et la supprimer. L’alimentation AIP peut vous aider à gérer cette situation.

Ce qui se produit dans les maladies auto-immunes n’est pas seulement l’accident de l’auto-immunité, mais aussi la défaillance des mécanismes de sécurité du système immunitaire, la stimulation du système immunitaire à attaquer et l’accumulation de suffisamment de dommages dans les cellules ou les tissus du corps pour se manifester sous forme de symptômes d’une maladie.

Cette confluence d’événements qui aboutit à une maladie auto-immune est le résultat des interactions entre vos gènes et votre environnement. Une parfaite tempête de facteurs, tels qu’une alimentation dénaturée, une exposition aux moisissures, une infection de parasites en plus d’un stress aigu par exemple, fait que le système immunitaire est surchargé ou épuisé et qu’il devient incapable de se distinguer (vous) de l’envahisseur (pas vous).

Le Paleo Autoimmune Protocol (ou Alimentation AIP), est une stratégie puissante qui utilise l’alimentation et le mode de vie pour réguler le système immunitaire, mettant fin à ces attaques et donnant à l’organisme la possibilité de guérir.

Qu’est-ce que l’AIP pour éviter l’intestin poreux?

Le protocole auto-immun, en abrégé AIP, est une approche complémentaire de la gestion des maladies chroniques. Il vise à fournir à l’organisme les ressources nutritionnelles nécessaires à la régulation immunitaire, à la santé intestinale, à la régulation hormonale et à la cicatrisation des tissus tout en éliminant les stimuli inflammatoires du régime alimentaire et du mode de vie. Le régime AIP fournit une nutrition équilibrée et complète tout en évitant les aliments transformés et raffinés et les calories vides.

Le mode de vie AIP, qui inclura une alimentation AIP, encourage également un sommeil suffisant, la gestion du stress et l’activité, car ce sont des modulateurs immunitaires importants.

Les aliments peuvent être considérés comme ayant deux types de composants : ceux qui favorisent la santé (comme les nutriments) et ceux qui la sapent (comme les composés inflammatoires).

Certains aliments sont des atouts évidents pour un régime alimentaire favorable à la santé, car ils contiennent des tonnes de constituants bénéfiques et très peu ou pas de constituants qui nuisent à la santé.

Quels aliments choisir?

éviter intestin poreux

 

Repas nourrissant et réconfortant

Les exemples de ces superaliments sont les viandes biologiques, les fruits de mer et la plupart des légumes. D’autres aliments sont manifestement à éviter parce qu’ils sont relativement dépourvus de composants favorables à la santé et qu’ils regorgent de composés problématiques.

Les céréales contenant du gluten, les cacahuètes et la plupart des produits à base de soja en sont de bons exemples. Cependant, beaucoup d’aliments tombent dans la zone grise entre ces deux extrêmes.

Par exemple, les tomates contiennent des nutriments intéressants, mais aussi plusieurs composés si efficaces pour stimuler le système immunitaire que ces composés ont été étudiés pour être utilisés comme adjuvants dans les vaccins (les substances chimiques des vaccins qui renforcent la réponse immunitaire à ce contre quoi on est immunisé).

La plus grande différence entre le protocole auto-immun ou alimentation AIP et d’autres modèles alimentaires qui adoptent une approche privilégiant les nutriments tout en tenant compte des facteurs déclenchant l’inflammation est que nous établissons une distinction entre les aliments « oui » et les aliments « non » afin d’obtenir plus de composés favorables à la santé et moins de composés nocifs dans notre alimentation. Les personnes qui sont généralement en bonne santé peuvent tolérer des aliments moins bons que celles qui ne le sont pas. Vous pouvez considérer le protocole auto-immun comme une version plus pointue des autres modèles d’alimentation basés sur des preuves.

Protocole AIP : des aliments clairement gagnants

Le protocole met donc davantage l’accent sur les aliments les plus nutritifs de notre alimentation, notamment les abats, les fruits de mer et les légumes.

De plus, le protocole élimine les aliments approuvés par d’autres régimes alimentaires sains qui contiennent des composés susceptibles de stimuler le système immunitaire ou de nuire à l’environnement intestinal, notamment les morelles (comme les tomates et les poivrons), les œufs, les noix, les graines et l’alcool. L’objectif du protocole auto-immun est d’inonder le corps de nutriments tout en évitant tout aliment qui pourrait contribuer à la maladie (ou à tout le moins interférer avec nos efforts de guérison).

Combien de temps doit-on respecter une alimentation AIP?

L’AIP est une stratégie de régime d’élimination qui consiste à éliminer les aliments les plus susceptibles de nuire à notre santé. Après un certain temps, de nombreux aliments exclus, en particulier ceux qui ont une valeur nutritionnelle intéressante bien qu’ils contiennent également certains (mais pas trop) composés potentiellement nocifs, peuvent être réintroduits.

L’AIP n’est pas une condamnation à vie, mais plutôt une boîte à outils remplie de stratégies pour comprendre comment votre corps réagit aux aliments, au mode de vie et à votre environnement, ainsi que des méthodologies de guérison en fonction de vos problèmes de santé individuels.

Autres facteurs du mode vie

L’AIP est également une approche holistique de la santé comprenant non seulement un cadre alimentaire, mais mettant aussi l’accent sur les facteurs liés au mode de vie, connus pour être d’importants modulateurs de la fonction immunitaire, de la santé intestinale et de la santé hormonale. Il privilégie notamment un sommeil adéquat, la gestion du stress et un mode de vie actif tout en évitant le surentraînement.

Ces trois derniers facteurs sont essentiels pour la santé intestinale, car ils influencent directement le microbiome intestinal (dormir suffisamment, contrôler le stress et être actif sont tous essentiels pour une communauté microbienne intestinale saine et diversifiée, en plus de favoriser la croissance des principales souches probiotiques).

Le stress chronique et le surentraînement augmentent également la perméabilité intestinale. Le sommeil, le stress et l’activité sont tous des modulateurs hormonaux essentiels. Par exemple, la sensibilité à l’insuline est plus fortement influencée par ces facteurs liés au mode de vie que par l’alimentation. Et, surtout, la fonction immunitaire est directement liée au mode de vie.

L’inflammation est déclenchée par le fait de ne pas être à la hauteur, de se sentir stressé, d’être sédentaire et de s’entraîner trop longtemps. En outre, les aspects régulateurs du système immunitaire sont plus actifs pendant le sommeil, et la qualité du sommeil est liée au stress. Il est de plus en plus évident qu’un fort sentiment de connexion et de communauté ainsi que le fait de passer du temps dans un environnement naturel contribuent également à un système immunitaire plus sain.

S’appuyant sur les résultats de plus de 1 200 études scientifiques, le protocole AIP est désormais étayé par des preuves issues d’essais cliniques.

Des études sur l’alimentation AIP ?

Dans une étude réalisée en 2017, 15 patients atteints d’une maladie intestinale inflammatoire active ont suivi le protocole AIP en effectuant une transition graduelle sur 6 semaines, suivie d’une phase de maintien de 5 semaines.

paleo

 

Livre sur l’approche paleo du Dr Ballantyne

Les patients ont été suivis de près et ont eu accès à un encadrement médical. Ils ont également reçu deux livres, The Paleo Approach du Dr Sarah Ballantyne, PhD (qui reste le guide AIP définitif) et The Autoimmune Wellness Handbook de Mickey Trescott, NTP et Angie Alt, NTC, CHC, comme ressources pour suivre le protocole.

La rémission clinique a été obtenue dès la 6e semaine (oui, juste en effectuant la transition vers le AIP) chez 11 des 15 participants (73 %!!). Ils sont restés en rémission tout au long des 5 semaines de la phase de maintien de l’étude. Tous les patients, y compris ceux qui n’ont pas obtenu de rémission clinique, ont constaté une amélioration quantifiable de l’activité de la maladie pendant toute la durée de l’étude.

Dans une étude similaire menée en 2019, 17 femmes atteintes de la thyroïdite de Hashimoto ont suivi le protocole auto-immun en effectuant une transition progressive sur 6 semaines, suivie d’une phase de maintien de 4 semaines.

Les patientes ont constaté une amélioration statistiquement significative des scores de qualité de vie liée à la santé, comme mesurée par l’enquête de santé abrégée à 36 items et le questionnaire sur les symptômes médicaux (MSQ) du Cleveland Clinic Center for Functional Medicine. En fait, la charge des symptômes cliniques, comme mesurée par le MSQ, est passée d’une moyenne de 92 au début de l’étude à 29 après les 10 semaines. Ceci a été accompagné de réductions statistiquement significatives de la protéine C-réactive (une mesure de l’inflammation systémique) et du nombre de globules blancs!

Protocole Wahls et alimentation AIP

Les études de recherche clinique réalisées à l’aide du protocole Wahls dans la sclérose en plaques fournissent une validation supplémentaire pour le protocole auto-immun. Bien qu’il existe une poignée d’aliments inclus dans le protocole Wahls (notamment les morelles) qui sont exclus du protocole auto-immun, les deux protocoles sont remarquablement similaires malgré les différentes philosophies qui ont présidé à leur formulation.

Le cadre du protocole Wahls a été élaboré en ayant comme objectif principal la santé des mitochondries, tandis que le cadre du protocole auto-immun a été élaboré en ayant comme objectifs principaux la régulation immunitaire et la santé intestinale. Il se trouve que les nutriments nécessaires à la santé mitochondriale sont presque identiques à ceux nécessaires à la santé immunitaire et intestinale, d’où le degré élevé de chevauchement entre les deux approches.

Un nombre croissant de cliniciens, en particulier des spécialistes de la médecine fonctionnelle et intégrative, recommandent le AIP à leurs patients, ce qui vient s’ajouter au grand nombre de preuves anecdotiques qui soutiennent l’efficacité du protocole auto-immun. Plus intéressant encore, des recherches cliniques sont en cours pour quantifier l’amélioration de certaines maladies auto-immunes grâce à une intervention à court terme avec le AIP, notamment la recherche sur la thyroïdite de Hashimoto.

À mesure que les résultats d’un nombre croissant d’essais cliniques sont publiés, une attention croissante est accordée à l’alimentation AIP et au mode de vie, non pas comme une approche complémentaire de la gestion des maladies auto-immunes, mais comme un traitement de première ligne.

Comment fonctionne le protocole auto-immun?

Le Paleo Autoimmune Protocol fonctionne en abordant quatre domaines clés connus pour être des facteurs importants de maladies chroniques et auto-immunes.

Le système immunitaire (et en fait chaque système du corps) a besoin d’un ensemble de vitamines, de minéraux, d’antioxydants, d’acides gras essentiels et d’acides aminés pour fonctionner normalement. Les carences et les déséquilibres en micronutriments jouent un rôle essentiel dans le développement et la progression des maladies auto-immunes.

En se concentrant sur la consommation des aliments les plus nutritifs disponibles, on peut obtenir un surplus synergique de micronutriments pour corriger à la fois les carences et les déséquilibres, ce qui favorise la régulation du système immunitaire, des systèmes hormonaux, des systèmes de détoxication et de la production de neurotransmetteurs. Un régime alimentaire dense en nutriments fournit en outre les éléments de base dont le corps a besoin pour guérir les tissus endommagés.

Dysbiose et intestin hyperperméable ou intestin poreux

éviter intestin poreux

 

Les causes de la dysbiose intestinale

La dysbiose intestinale et les fuites intestinales sont des facteurs clés dans le développement des maladies auto-immunes. Les aliments recommandés dans le cadre du protocole auto-immun favorisent la croissance de niveaux sains et d’une variété saine de micro-organismes intestinaux. Les aliments qui irritent ou endommagent la paroi de l’intestin sont évités, tandis que les aliments qui aident à restaurer la fonction de la barrière intestinale et à favoriser la guérison sont approuvés.

Les facteurs liés au mode de vie qui influencent fortement la santé de la barrière intestinale ainsi que la composition microbienne de l’intestin sont également abordés dans le cadre du protocole auto-immunitaire. En raison du lien entre la santé intestinale et la fonction immunitaire, le rétablissement d’une barrière intestinale et d’un microbiome sains sont des précurseurs nécessaires à la guérison.

Insuline et régulation hormonale

L’insuline est importante pour la régulation et la santé hormonales. Ce que nous mangeons, quand nous mangeons et en quelle quantité sont 3 facteurs qui affectent une variété d’hormones interagissant avec le système immunitaire. Lorsque des facteurs alimentaires (comme manger trop de sucre ou manger trop souvent plutôt que de prendre des repas plus copieux et plus espacés) dérèglent ces hormones, le système immunitaire est directement affecté (généralement stimulé).

Le régime du Paleo Autoimmune Protocol est conçu pour favoriser la régulation de ces hormones, régulant ainsi le système immunitaire par procuration. Ces hormones et d’autres hormones essentielles qui ont un impact sur le système immunitaire sont également profondément affectées par la quantité de sommeil que nous obtenons, le temps que nous passons à l’extérieur, la quantité et le type d’activité que nous pratiquons et la manière dont nous réduisons et gérons le stress.

Régulation du système immunitaire

La régulation immunitaire est obtenue en rétablissant une diversité et des quantités saines de micro-organismes intestinaux, en rétablissant la fonction de barrière de l’intestin, en fournissant des quantités suffisantes de micronutriments nécessaires au fonctionnement normal du système immunitaire et en régulant les principales hormones, qui à leur tour, régulent le système immunitaire.

Le régime alimentaire et le mode de vie du protocole auto-immun fournissent à la fois les ressources et la possibilité de réguler le système immunitaire. La régulation immunitaire, combinée à la cicatrisation des tissus, explique la réduction des symptômes.

L’inflammation

éviter intestin poreux

 

L’inflammation chronique causé par l’alimentation

L’inflammation est un facteur présent dans toutes les maladies chroniques et influencé par les aliments que nous mangeons. Ces derniers peuvent faire une énorme différence. Dans certains cas, un système immunitaire qui ne se régule pas correctement provoque directement la maladie. Dans d’autres cas, l’inflammation est simplement un élément de la maladie ou un facteur contribuant à la façon dont la maladie est apparue — mais elle est toujours un acteur et un problème.

Cela signifie que réduire l’inflammation et donner au système immunitaire les ressources dont il a besoin, ainsi que la possibilité de s’autoréguler, peuvent aider chaque maladie chronique. C’est important, car l’inflammation est fortement influencée par notre alimentation, notre sommeil, notre niveau de stress et notre niveau d’activité. C’est d’ailleurs pourquoi les maladies chroniques peuvent réagir de manière si positive aux changements de régime alimentaire et de mode de vie.

La nourriture a un potentiel thérapeutique pour toutes les maladies chroniques, mais ce n’est pas la même chose que d’appeler la nourriture un remède. En fonction de la maladie dont vous souffrez, de la durée de votre maladie, de son agressivité et des facteurs de confusion auxquels vous êtes confronté, les changements alimentaires peuvent vous permettre d’aller jusqu’à l’inversion complète de votre maladie.

Ils peuvent également ralentir la progression de votre maladie ou simplement améliorer votre qualité de vie. Toutes ces réussites méritent d’être célébrées. La bonne nourriture n’est peut-être pas le remède miracle que vous espérez, mais elle est tout de même sacrément puissante.

Lorsque vous adoptez le Paleo Autoimmune Protocol, vos choix alimentaires se concentrent sur la consommation des nutriments nécessaires à cette guérison.

Des aliments fournissent tout ce dont votre corps a besoin pour arrêter de s’attaquer, pour réparer les tissus endommagés et pour retrouver la santé : des protéines, des glucides et des lipides pour soutenir un métabolisme normal, pour construire de nouveaux tissus et pour produire des hormones, des protéines importantes et des molécules de signalisation; et toute la gamme de vitamines liposolubles, de vitamines hydrosolubles, de minéraux et d’antioxydants pour éliminer l’inflammation, pour réguler le système immunitaire et pour soutenir le fonctionnement normal de tous les systèmes du corps.

Pour qui?

Ce régime convient à toute personne souffrant de troubles auto-immuns diagnostiqués ou soupçonnés de maladies auto-immunes. Il s’agit tout simplement d’un régime extrêmement dense en nutriments, dépourvu d’aliments qui irritent l’intestin, qui provoquent une dysbiose intestinale et qui activent le système immunitaire. Donc vous éviterai ainsi d’avoir un intestin poreux, qui fuit ou des inflammations. Vous ne manquerez d’aucun nutriment et ce régime est tout à fait approprié pour le reste de votre vie. Si vous souffrez d’une maladie auto-immune spécifique qui entraîne des sensibilités alimentaires supplémentaires, celles-ci doivent être prises en compte dans vos choix alimentaires.

Ce qu’il faut manger et ce qu’il faut éviter

Suivre le régime AIP implique d’augmenter votre consommation d’aliments riches en nutriments et favorables à la santé tout en évitant les aliments qui peuvent être des déclencheurs de votre maladie. En résumé, les règles de ce qu’il faut manger sont les suivantes :

  • Viande et les abats d’organes. Visez cinq fois par semaine, plus il y en a, mieux c’est.
  • Poissons et crustacés, le mieux est à l’état sauvage, mais en élevage, c’est bien. Visez au moins trois fois par semaine, plus il y en a, mieux c’est.
  • Légumes de toutes sortes, aussi variés que possible et toutes les couleurs. Visez huit portions par jour.
  • Légumes verts à feuilles (laitue, épinards, chou frisé, choux, feuilles de céleri, etc.).
  • Légumes et fruits colorés (rouge, violet, bleu, jaune, orange, blanc).
  • Légumes crucifères (brocolis, choux, choux frisés, navets, roquette, choux-fleurs, choux de Bruxelles, cresson, feuilles de moutarde, etc.).
  • Racines, tubercules et courges d’hiver (manioc, patate douce, panais, betterave, fenouil, carotte, rutabaga, navet, courge à glands, courge spaghetti, etc.).
  • Famille des oignons (alias alliums, oignons, poireaux, ail, rampes, etc.).
  • Légumes de mer (à l’exclusion des algues comme la chlorella et la spiruline qui sont des stimulateurs immunitaires).
  • Champignons comestibles.
  • Herbes et épices.
  • Viandes de qualité (animaux nourris à l’herbe, élevés en pâturage, sauvages dans la mesure du possible), (volaille avec modération en raison de sa forte teneur en oméga-6, sauf si vous mangez une tonne de poisson).
  • Graisses saines (graisses provenant d’animaux élevés en pâturage ou nourries à l’herbe [fondues ou faisant partie de votre viande], poissons gras, huile d’olive, huile d’avocat, huile de coco, huile de palme [et non de palmiste]).
  • Fruits (en maintenant l’apport en fructose entre 10 et 40 g par jour — 20 g est probablement la meilleure solution).
  • Aliments probiotiques/fermentés (légumes ou fruits fermentés, kombucha, kéfir d’eau, kéfir de lait de coco, yaourt au lait de coco, suppléments) — lisez-les ici et ici.
  • Aliments riches en glycine (tout ce qui a du tissu conjonctif, des articulations ou de la peau, la viande d’organes et le bouillon d’os).
  • Superaliments à microbiome intestinal (fruits et légumes riches en fibres et en phytonutriments, légumes crucifères, champignons, racines, tubercules, alliums, légumes-feuilles, baies, famille des pommes, agrumes, huile d’olive extra vierge, poissons, crustacés, miel et produits apicoles, aliments fermentés, insectes comestibles, thé et bouillon d’os).

Procurez-vous des ingrédients de la meilleure qualité possible.

Mangez autant de variété que possible.

En outre, retirez les éléments suivants de votre alimentation :

  • Les grains et céréales.
  • Légumineuses.
  • Produits laitiers.
  • Sucres et huiles raffinés et transformés.
  • Œufs (surtout les blancs).
  • Noix (y compris les beurres de noix, les farines et les huiles).
  • Graines (y compris l’huile de graines, le cacao, le café et les épices à base de graines).
  • Morelles (pommes de terre [les patates douces sont bonnes], tomates, aubergines, piments doux et forts, poivre de Cayenne, piment rouge, tomatillos, baies de Goji, épices dérivées des piments, y compris le paprika).
  • Aliments potentiellement réactifs croisés avec le gluten.
  • Alcool.
  • Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) (comme l’aspirine ou l’ibuprofène).
  • Édulcorants non nutritifs (oui, tous, même la stévia et le fruit du moine).
  • Émulsifiants, épaississants et autres additifs alimentaires.

Modérez votre consommation de ce qui suit :

  • Fructose (provenant des fruits et des légumes féculents, en visant entre 10 et 40 g par jour — 20 g étant probablement la dose optimale).
  • Sel (en utilisant uniquement du sel non raffiné comme le sel rose de l’Himalaya ou le sel gris celtique).
  • Fruits et légumes à forte charge glycémique (tels que les fruits secs, le plantain et la racine de taro). À noter que l’AIP n’est pas un régime à faible teneur en glucides.
  • Aliments riches en acides gras polyinsaturés oméga-6 (comme la volaille et les morceaux de viande grasse produits industriellement).
  • Thé noir et vert (jusqu’à trois ou quatre tasses par jour pour la plupart des gens).
  • Noix de coco.
  • Sucres naturels (le miel et la mélasse sont les meilleurs choix).
  • Graisses saturées (visant 10-15 % des calories totales).

Facteurs liés au mode de vie

N’oubliez pas l’importance cruciale de :

  • dormir suffisamment (au moins 8-10 heures chaque nuit);
  • gérer le stress (la méditation consciente est très bien étudiée dans la littérature scientifique et universellement démontrée comme étant bénéfique);
  • protéger les rythmes circadiens (être dehors pendant la journée, être dans le noir la nuit et éviter les lumières vives le soir);
  • profiter de la nature;
  • entretenir des relations sociales;
  • s’amuser, prendre du temps pour les loisirs, se détendre;
  • faire beaucoup d’activités légères à modérément intenses (tout en évitant les activités intenses/élevées).

Élimination et réintroduction

Le protocole auto-immun peut être considéré comme une intervention nutritionnelle pour un régime qui a mal tourné, surabondant en calories et manquant de nutriments vitaux. Mais la mesure dans laquelle un individu tolère des aliments sous-optimaux — qu’il s’agisse de quelque chose comme les tomates, qui sont incluses dans le régime Paleo, mais éliminées par le protocole auto-immun, ou de quelque chose comme les céréales, qui ne sont incluses dans aucune des deux approches nutritionnelles — dépend de l’état nutritionnel, du stress, du sommeil, du niveau d’activité, de la génétique et des antécédents de santé. Au fur et à mesure que nous améliorons ces facteurs en modifiant notre régime alimentaire et notre mode de vie, il est assez courant de voir la tolérance à certains aliments augmenter.

Le protocole auto-immun est un régime d’élimination à la base (suivant les directives de l’AIP, 100 % est souvent appelé la phase d’élimination) conçu pour éliminer les coupables les plus probables en matière d’alimentation tout en inondant le corps de nutriments. Et le plus beau dans un régime d’élimination, c’est que vous finissez par réintroduire des aliments que vous avez évités.

Il est étonnant de constater qu’il est si courant de se sentir aussi bien sur l’AIP qu’une personne a peur d’essayer de réintroduire des aliments. Mais la réintroduction d’aliments éliminés est une étape cruciale de votre parcours santé. En effet, certains aliments éliminés (comme les œufs, les noix, les graines, le cacao et les produits laitiers à base d’herbe) ont une valeur nutritive impressionnante et peuvent améliorer la densité nutritionnelle globale de votre alimentation s’ils sont bien tolérés.

Aussi, plus vous avez de flexibilité alimentaire, plus la vie est facile : vous aurez moins de difficultés à voyager ou à manger au restaurant ou lors de repas-partage, de réunions de travail ou de toute autre situation sociale.

Les connaissances que vous gagnerez grâce aux réintroductions vous permettent de vous responsabiliser. Si une réintroduction se passe bien, vous avez de nouveaux aliments à ajouter à votre régime alimentaire, ce qui augmente la variété des aliments que vous mangez.

Si une réintroduction ne se passe pas bien, c’est quand même une excellente information! Vous comprenez maintenant mieux les facteurs déclenchants de votre maladie et les limites à ne pas franchir. Et dans le cas peu commun où une réintroduction se passe très mal (dont la peur est ce qui empêche beaucoup de gens de seulement essayer), rappelez-vous que le AIP est une boîte à outils complète pour la guérison.

Vous avez les connaissances et les compétences nécessaires pour vous rétablir rapidement et vous remettre sur pied. Il vous suffit de revenir à 100 % AIP, de dormir suffisamment, de faire des activités peu exigeantes et de rester hydraté jusqu’à ce que vous vous sentiez mieux.

Le protocole AIP est un beau voyage et le chemin parcouru est aussi important que la destination.

# Intestin poreux intestin qui fuit inflammation intestin

Références:

https://www.thepaleomom.com/start-here/the-autoimmune-protocol/

Plus
d'articles à découvrir